Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bénédicte Gandois

Bénédicte Gandois

Entre écriture et musique...

Helvétismes

Helvétismes

Je vis avec un Suisse.

On ne se rend pas toujours compte que dans les détails, nous ne parlons pas tout à fait la même langue. Ici, on marche « à » pieds nus, par exemple, et non « pieds nus ». On attend « sur » quelqu’un (« j’attends sur toi ! »), et non quelqu’un. Cela nous fait bien rire, et comme nous sommes écrivains tous les deux, et que j’enseigne en plus le français, le sujet me touche. C’est quotidien.

Cela commence le matin par « Chérie, où sont mes slips ? » Immédiatement, j’imagine une tenue mode et sexy, n’est-ce pas, un empilement de slips de toutes les couleurs : trois slips, rose, vert, bleu, superposés, apparaissant en empilement l’un dessus l’autre à l’arrière du pantalon trop relâché (oui, combien de fois dis-je à mes élèves de remonter leur pantalon, qu’on voit leur caleçon…) Signe de richesse (montrer ses slips) ? d’avarice (peur d’être volé) ? non, simple fait de langue. J’ai oublié qu’ici, on dit une culotte, mais des slips au singulier, une robe mais des pantalons.

Cela continue au petit-déjeuner avec les yoghurts (yaourts dans ma langue natale) et le thé (tout est thé ici : fenouil, verveine, thym, c’est du thé).

Et puis à l’école… on écrit avec un crayon gris, qui étaient crayon de bois dans le Nord de la France, d’où je viens, ou crayon à mine…

Et, lorsqu’on barre un mot, ici, on ne rature pas, on ne raye pas… on « trace ». Cela donne quelque chose comme ça : « Cette réponse est juste ? oui ? on entoure. Celle-ci est juste ? non ? Alors, on trace ! »

Enfin, quand on rentre à la maison en voiture, on emprunte des giratoires (exit les ronds-points de mon enfance) en indiquant avec son signophile la direction que l’on prend, et en évitant de crever (caler) en passant les vitesses !

J’envie mes enfants qui seront naturellement bilingues suisse-français !

Avez-vous des expériences linguistiques familiales? Des accents différents? Une richesse linguistique?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie Claude cauchy 27/11/2016 11:53

Moi aussi je suis du Nord de la France et je me rends compte à quel point les tournures locales mènent parfois à des quiproquos . Jeune enseignante un peu débordée par mes élèves dont un turbulent, je racontais à mes collègues que ce galopin m'avait fait "tout voir" .Exclamation scandalisées des dames ! Je trouvais la réaction un peu disproportionnée , lorsque :"eurêka" je compris ce qu'elles avaient ,elles, compris. Dans mon village cambraisien, "faire tout voir " veut dire faire devenir enragé l'autre avec ses bêtises , et non pas .... Nous avons bien ri de l'image que j'avais provoquée chez ces respectables enseignantes . M.C

JM 08/06/2015 11:01

Les mystères de la langue et de ses légères déviations au gré des quelques lieues qui séparent les régions. Quand j'avais 5 ans, migrant de ma provence natale à la ville de Lyon, je me souviens encore des moqueries de mes camarades quand je disait "les osssss", "moinssss" ou multipliais les possessifs "je me mets les mains sur ma tête"..., Je découvrais aussi les "carottes rouges" que nous appelions "betteraves" au-delà d'Avignon.
Quelque chose, pourtant, que je ne me suis jamais expliqué: pourquoi prendre le pastissss à Cassi(s) ?