Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bénédicte Gandois

Bénédicte Gandois

Entre écriture et musique...

La poésie et l'enseignante 1

Pour ma première année d’enseignement, après le concours, j’ai été envoyée dans l’académie de Lille.

J’avais demandé les académies dans l’ordre suivant : Paris, Créteil, Versailles, Lille, Amiens, Rouen. On peut faire six vœux. Cela fait une surface de 300 ou 400 kilomètres carrés où je peux partir, soit une surface quasiment aussi grande que la Suisse.

Et, après mon année de stage, j’ai demandé l’académie de Créteil, que j’avais sans doute cent pour cent de chances d’avoir. Contrairement à mes amis qui ont demandé Versailles. L’une d’elles s’est retrouvée par « extension » à Angoulême, une autre à Hirson. Elle a alors pris un atlas, regardé où cela se trouve (près de la frontière belge) et préparé son déménagement. Professeur de l’Education nationale, c’est la sécurité de l’emploi mais le stress géographique.

Bref, Lille, ce n’était pas si mal pour une jeune enseignante qui continuait ses études à Paris : une heure de TGV chaque jour. Moins bien pour le salaire : 450 euros de transport par mois, sur un salaire de 1300 euros, cela fait mal. Mais, étudiante, je vivais encore d’amour et d’eau fraîche, ou plutôt d’Ovide, Homère et Tocqueville, de version latine, de thème grec et de dissertation française, le tout saupoudré d’un peu de grammaire et d’ancien français (la Chanson de Roland) et, dans mon cas, de beaucoup, beaucoup de musique.

Et puis, sur les dix établissements proposés dans ma nouvelle Académie, j’avais demandé l’établissement le plus proche géographiquement du domicile de mes grand-parents. Moi qui souhaitais les voir davantage, j’ai vu mon vœu exaucé par le Ministère (ou ses ordinateurs), ce qui m’a bien aidée à passer cette drôle d’année.

C’est là, dans un petit collège d’un petit bourg d’un millier d’habitants que j’ai fait mes premières armes de professeur...

N.B: j'adresse un clin d’œil à C.F. qui me suit sur ce blog et dont l'aide, cette année-là, m'a été précieuse.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claire 03/03/2018 11:37

Mon dieux, comme cette année-là certaine "rencontre" a pu être toxique !
Vivement la semaine prochaine pour avoir la suite du feuilleton!

Bénédicte Gandois 03/03/2018 22:14

Oui exact. Mais cela m'a armée pour la suite :-)

Mmarie-Claude Cauchy 23/02/2018 20:01

Moi aussi, j'avais demandé Lille pour sortir de ma campagne et j'ai eu, tout près de Lille !....Un petit village minier :Ostricourt où j'ai découvert la vraie vie des "corons" moi qui , bien que ch'ti ne connaissais que la verdure du côté de Cambrais . Le sens de l'humour des décideurs ne m'a pas vraiment baignée d'enthousiasme .

Bénédicte Gandois 23/02/2018 21:36

Haha cela a dû être une sacrée expérience! De mon côté je tremblals d'être envoyée à Montreuil-sur-Mer où il y avait aussi un poste car, en bonne Parisienne, je n'avais pas le permis et c'était inatteignable en train! Quant à déménager pour dix mois... Alors, pensant que les postes en ville (Douai, Lille) et lycée allaient être très demandés j'ai mis en premizr voeu le collège le plus proche de chez mes grand-parents adorés... qui est devenu mon deuxième domicile pour un an...

JM 23/02/2018 11:54

Vite, vite, le tome II

Bénédicte Gandois 23/02/2018 21:37

Dans une semaine...